Archive pour la catégorie ‘Réglage arc et flèches’

Pourquoi et comment mesurer mon allonge personnelle ?

——————————————————————————————————————————————————

RETROUVEZ LA LISTE COMPLÈTE DES ASTUCES ET CONSEILS EN CLIQUANT ICI !

——————————————————————————————————————————————————


Bonjour à tous,

Beaucoup d’archers ne connaissent pas leur allonge personnelle, alors que c’est une valeur importante, à connaitre impérativement pour utiliser votre arc avec plus de précision (et de sécurité !).

Comprendre l’allonge :

Mon allonge, c’est quoi ?

  • pour faire simple, l’allonge correspond à la distance à laquelle vous tirez la corde par rapport à votre arc

Est-ce que mon allonge est la même sur tous les arcs ?

  • sur un arc traditionnel : selon votre taille, la longueur de vos bras et votre force physique, vous pouvez tirer plus ou moins sur la corde ; plus vous tirez sur la corde, plus l’arc résiste, ce qui signifie que sa puissance augmente, et qu’il faut alors adapter non seulement la longueur mais aussi la rigidité de vos flèches pour qu’elles volent correctement
  • sur un arc compound (arc à mécanismes) : vous ne pouvez pas faire varier l’allonge de l’arc en tirant plus ou moins sur la corde, puisque sur ce type d’arc l’allonge est définie par la mécanique ; il faut intervenir sur l’arc pour régler l’allonge, et l’adapter à votre force physique et votre morphologie
  • en principe, votre allonge restera la même si vous changez d’arc ; cependant, la forme de la poignée de l’arc peut provoquer un placement différent du poignet, du bras et des épaules, et donc un changement de la longueur de votre allonge ; de même, la position d’un tireur, et donc son allonge, est souvent différente s’il utilise un compound ou un arc traditionnel

Qu’est-ce que ça change concrètement ?

  • pour qu’une flèche vole correctement, il faut que sa rigidité soit adaptée notamment à sa longueur et à la puissance délivrée par l’arc ; connaître votre allonge personnelle permet donc de déterminer la puissance délivrée (arc traditionnel) mais aussi la longueur nécessaire pour votre flèche (ni trop courte, ni trop longue, voir ci-dessous)
  • pour qu’une flèche vole correctement, il faut aussi qu’elle repose sur l’arc le plus près possible de sa pointe au moment de l’armement (cela limite sa dispersion au moment de la décoche par simple prise d’angle lors de sa déformation sous la poussée de la corde)
  • cependant, il faut bien évidemment que votre flèche ne soit pas trop courte, sinon elle passera à l’intérieur du repose-flèche (pour un compound) ou de la poignée d’arc (pour un traditionnel), elle restera ainsi bloquée au moment de la décoche et explosera sous l’effet de la puissance de l’arc (gros danger !)
  • pour les chasseurs, il ne faut pas non plus utiliser une flèche trop courte, qui amènerait la lame trop près des doigts qui tiennent la poignée de l’arc, au risque de provoquer une grave coupure
  • il est donc important de connaître avec exactitude votre allonge personnelle, voire même dans certains cas la profondeur de votre fenêtre d’arc (voir ci-dessous), de manière à couper vos flèches à la bonne longueur, ni trop courtes, ni trop longues, pour garantir à la fois des tirs réguliers et des conditions de sécurité optimales

Comment mesurer mon allonge :

Erreur la plus répandue !

  • pratiquement toutes les archeries, tous les instructeurs ou moniteurs de tir à l’arc commettent la même erreur : l’allonge ne se mesure jamais à l’endroit où la flèche dépasse à l’armement sur le dos de l’arc (partie de l’arc qui fait face à la cible, donc celle que vous ne voyez pas quand vous tirez)

La vraie mesure de l’allonge

  • la règle internationale établie définitivement consiste à mesurer la distance qui sépare la corde du creux de la poignée de votre arc quand vous tirez dans votre position habituelle, et de rajouter à cette valeur (mesurée en « pouces ») systématiquement 1,75 pouce
  • ainsi, si les marquages de votre arc indiquent qu’il fait 45 livres à 28 pouces (inscription 45#@28″), cela signifie que l’arc est d’une puissance de 45 livres lorsque la corde est tirée à 26,25 pouces du creux de poignée (26,25 + 1,75 = 28 pouces !)
  • cette norme internationale peut sembler curieuse, mais elle est très facile à comprendre : tous les arcs n’ont pas la même profondeur de fenêtre (longbows, ,recurves, hybrides, compounds), en revanche quel que soit l’arc que vous utilisez vous aurez toujours la même morphologie, il est donc logique que la mesure de votre allonge ne soit pas dépendante de la quantité de matière que le fabricant de votre arc aura laissé sur le devant de la fenêtre (!), mais au contraire qu’elle corresponde bien à la distance à laquelle vos doigts vont tirer la corde par rapport à l’intérieur de votre main qui pousse l’arc à l’opposé (cette mesure correspond bien à vos caractéristiques morphologiques personnelles)

Calculez votre allonge réelle sur un arc traditionnel

  • il vous faut tout simplement 1 flèche avec pointe blunt (ou une pointe judo ou encore un bouchon piqué sur pointe) + 1 petit élastique + 1 personne qui voit clair (ou une caméra qui vous permettra de visionner vous-même les résultats)
  • entourez l’élastique autour du tube de flèche, à quelques centimètres derrière la pointe
  • cette méthode consiste à tirer réellement, et faire coulisser à chaque fois l’élastique en fonction des indications de la personne qui vous aide (ou de la caméra) jusqu’à arriver à un repère visuel constant sur l’arc (en général le bord extérieur de la poignée), puis ensuite faire la conversion à la norme internationale expliquée quelques lignes plus haut (explications détaillées ci-dessous)
  • surtout, si vous pratiquez le tir 3D, le parcours, la chasse ou des tirs similaires, n’effectuez pas ces tests avec une cible placée devant vous à hauteur de vos épaules ou de vos hanches : les archers ont maintenant l’habitude de s’entrainer sur des cibles idéalement placées, qui favorisent un placement du corps très artificiel et rigide, qui ne correspond pas du tout à la position réellement adoptée sur un parcours ou la chasse (allonge presque toujours plus courte, voire même beaucoup plus courte, ce qui veut donc dire arc beaucoup moins puissant qu’on ne l’imagine, avec des conséquences énormes sur le choix du spine de votre flèche, et donc sur vos résultats !).
  • idéalement, tirez un tout petit visuel posé sur le sol devant vous à 4 ou 5 mètres, par exemple un bouchon de bouteille bleu posé dans l’herbe ou sur du sable ; attention, il faut impérativement tirer avec une flèche équipée d’une pointe blunt caoutchouc large (ou d’une pointe judo ou d’un bouchon en liège piqué sur une pointe cible) afin que votre flèche ne pénètre pas dans le sol ou le sable, ce qui déplacerait l’élastique et empêcherait ainsi de mesure ensuite la longueur réelle constatée à l’armement
  • l’exercice consiste donc à tirer réellement, en vous concentrant au maximum pour « dégommer » ce petit bouchon de bouteille : vous vous trouverez ainsi en conditions de tir réel, avec recherche de précision maximum dans une position relativement instable, similaire aux conditions les plus difficiles que vous rencontrerez sur un parcours ou à la chasse, ce qui vous permettra de déterminer votre allonge réelle dans ces conditions particulières (vous pourrez ainsi déterminer la puissance réellement délivrée par votre arc dans ces conditions
  • à chacun de vos tirs, demandez à la personne qui vous aide (ou contrôlez sur votre caméra) de vérifier à quel endroit se trouve l’élastique au moment de la décoche : le plus simple est de prendre comme repère visuel le bord extérieur de la fenêtre d’arc (c’est-à-dire la partie de la poignée que le tireur ne voit pas, et qui se trouve face à la cible)
  • ATTENTION : il faut faire attention de ne prendre en compte que la position de l’élastique au moment de la décoche, et non pas au moment de l’armement ! Il est très fréquent en effet que le tireur arme son arc assez loin, avant de relâcher la tension et de perdre de l’allonge avant de libérer la corde au moment de la décoche ; la personne qui vous aide doit donc vraiment être concentrée et avoir la vue claire pour contrôler l’endroit où se trouve l’élastique au moment où vous lâchez la corde réellement, et non pas au moment de l’armement…
  • à chaque tir, faites coulisser l’élastique sur le tube de la flèche jusqu’à ce qu’il se trouve plusieurs fois de suite en face du bord extérieure de la fenêtre d’arc : vous aurez un repère absolument indéniable qui vous permettra de calculer sans aucune erreur possible votre véritable allonge
  • dès que l’élastique est en face du bord extérieur de l’arc à chacun de vos tirs, posez votre arc sur une table ou un support stable, et posez votre flèche sur la fenêtre d’arc de manière à placer l’élastique en face du bord extérieur de l’arc, en simulant ainsi la position dans laquelle se trouve la flèche quand vous décochez
  • avec un feutre ou un crayon de papier, faites une marque sur la flèche à l’aplomb exact du creux de la poignée de votre arc (c’est-à-dire l’endroit le plus creux de la poignée sous votre main d’arc si c’est une poignée anatomique, ou tout simplement la ligne intérieure de la poignée si c’est une poignée droite)
  • mesurez ensuite la distance entre le creux de l’encoche (partie où votre corde prend son appui au fond de l’encoche) et la marque que vous venez de faire au crayon sur la flèche ; n’oubliez pas de convertir cette mesure en pouces (si vous avez pris la mesure en centimètres, il vous suffit de diviser les centimètres par 2,54 pour faire la conversion en pouces, par exemple 65.5 cm / 2,54 = 25,78 pouces)
  • il vous suffit alors de rajouter 1,75 à la distance en pouces mesurée entre le creux d’encoche et l’élastique pour obtenir la valeur réelle de votre allonge (dans l’exemple ci-dessus, 25,78 + 1,75 = 27,53, soit une allonge réelle de 27,5 pouces)
  • NE TRICHEZ PAS : vous découvrirez dans 99% des cas que votre allonge est plus courte de plusieurs pouces que ce que vous imaginiez, la plupart des archers sont tellement surpris qu’ils veulent alors refaire les tests en se disant qu’ils ont mal tiré et qu’ils sont tombés dans la sous-allonge… C’est une erreur : vous venez de faire des tests en respectant votre position la plus naturelle, celle qui reviendra forcément quand vous tirerez au parcours ou à la chasse, vous venez de tirer plusieurs flèches  avec concentration, en recherchant la précision maximum, il est donc inutile de vouloir tout refaire en « trichant » sur votre allonge en tirant davantage sur la corde, la seule chose que vous obtiendrez c’est un résultat faussé, avec toutes les conséquences négatives que cela peut avoir sur la détermination de la puissance réelle délivrée par votre arc lorsque vous l’utilisez, et donc sur le spine de flèche qui vous permettra d’obtenir la meilleure précision (et pour les chasseurs la meilleure pénétration)…

Comme souvent, tout ceci peut paraître compliqué à la lecture, mais vous vous rendrez compte qu’en pratique, c’est très simple et très logique.

Surtout, n’oubliez pas de mesurer votre allonge réelle sur chacun de vos arcs : en principe, vous n’aurez pas de grosses variations, mais il se peut pourtant qu’une poignée de forme différente provoque un changement dans la position de votre avant-bras et donc de vos épaules, et fasse ainsi varier votre allonge réelle de manière importante ; idem si vous changez de puissance d’arc, l’incidence sur votre position peut faire varier également votre allonge réelle. Il est donc sage de contrôler votre allonge sur chaque arc, cela vous prendra quelques instants seulement, et vous aurez ensuite la certitude de partir sur des valeurs vérifiées pour le calcul de la puissance de votre arc à votre allonge, ainsi que sur la longueur et le spine de vos flèches.

Calculez votre allonge réelle sur un arc à poulies (compound)

  • c’est évidemment beaucoup plus simple que sur un arc traditionnel, puisque c’est la mécanique d’un arc compound qui vous impose une allonge (sur un arc traditionnel, vous tirez sur la corde à votre convenance, l’arc s’adapte à votre physionomie, alors qu’au contraire sur un arc à poulies, il vous faut régler la mécanique de l’arc pour adapter l’allonge à votre morphologie personnelle)
  • il vous suffit d’avoir 1 flèche + 1 feutre ou 1 crayon de papier + 1 personne pour vous aider
  • armez votre arc avec une flèche encochée, demandez à la personne qui vous aide de faire un trait sur la flèche en face du bord intérieur de l’arc (partie de l’arc qui fait face au tireur, plus facile à repérer de manière fiable sur les différents modèles d’arcs compound du marché que la partie extérieure utilisée sur les arcs traditionnels)
  • posez ensuite l’arc sur une table ou un support stable, placez la flèche sur l’arc de sorte que la marque du crayon se retrouve de nouveau en face du bord intérieur de l’arc, comme si vous étiez en train d’armer l’arc
  • faites une nouvelle marque sur la flèche, à l’aplomb exact du creux de la poignée de votre arc
  • mesurez sur la flèche la distance entre le creux d’encoche et la deuxième marque (celle qui est en face du creux de poignée d’arc) : n’oubliez pas de convertir cette mesure en pouces (si vous avez pris la mesure en centimètres, il vous suffit de diviser les centimètres par 2,54 pour faire la conversion en pouces, par exemple 66,7 cm / 2,54 = 26,26 pouces)
  • il vous suffit alors de rajouter 1,75 à la distance en pouces mesurée entre le creux d’encoche et la deuxième marque pour obtenir la valeur réelle de votre allonge (dans l’exemple ci-dessus, 26,66 + 1,75 = 28,01, soit une allonge réelle de 28 pouces)

Les archers sont souvent très surpris quand ils contrôlent l’allonge à laquelle est réglé leur arc compound : les poignées sont de plus en plus fines de nos jours (recherche très légitime de minimiser le « torque »), et il n’est pas rare que l’allonge réelle de leur arc soit plus grande de 0,5 ou 0,75 pouces de plus que la valeur mesurée (par erreur…) sur le bord extérieur de l’arc.

Les archers sont encore bien plus surpris quand on leur annonce qu’ils peuvent tirer sur leur compound des flèches coupées à 26 pouces si leur arc est réglé par exemple à 28 pouces : cela parait aberrant, mais c’est pourtant très simple à comprendre puisque le repose-flèche d’un compound est généralement monté à l’intérieur de la poignée de l’arc, c’est-à-dire à une distance beaucoup plus proche de la corde que l’endroit où la main tient l’arc (n’oubliez pas qu’on rajoute 1,75 pouces à cette distance pour déterminer l’allonge réelle d’un arc, il est donc aisé de comprendre qu’une flèche peut être beaucoup plus courte que l’allonge d’un arc compound).

BIEN EVIDEMMENT, TOUS CES TESTS DOIVENT ETRE EFFECTUES EN RESPECTANT DES REGLES DE SECURITE ABSOLUES :

- NE TIREZ JAMAIS DANS UNE DIRECTION POTENTIELLEMENT DANGEREUSE

- N’ARMEZ JAMAIS VOTRE ARC DANS UNE DIRECTION POTENTIELLEMENT DANGEREUSE

- LA OU LES PERSONNES QUI VOUS AIDENT NE DOIVENT JAMAIS SE TROUVER DANS UNE POSITION POTENTIELLEMENT DANGEREUSE PAR RAPPORT A L’ARC, LA FLÈCHE ET LA CIBLE

Comment régler le détalonnage de mon arc ?

——————————————————————————————————————————————————

RETROUVEZ LA LISTE COMPLÈTE DES ASTUCES ET CONSEILS EN CLIQUANT ICI !

——————————————————————————————————————————————————

Bonjour à tous,

Je vous propose ici une méthode extrêmement simple et fiable pour régler le détalonnage de votre arc.

Comprendre le détalonnage :

Qu’est-ce que le détalonnage ?

  • C’est l’endroit où vous devez encocher votre flèche sur votre corde pour qu’elle file droit où vous visez
  • Le détalonnage est souvent négligé, pourtant c’est le réglage de base le plus important : il conditionne tous les autres réglages et tous les choix de matériels (flèche et pointe notamment)

Pour le détalonnage est-il important ?

  • Parce qu’il permet à votre flèche de passer au plus près de l’arc, donc de sortir le plus possible dans l’axe de votre tir, mais sans jamais toucher l’arc (donc sans subir de contact qui la dévierait légèrement, au détriment de la précision et de la qualité de son vol, que ce soit pour le tir sportif ou de loisir, ou pour le tir avec une lame pour les chasseurs)

Est-ce que mon détalonnage est toujours le même ?

  • il suffit d’une toute petite variation dans la puissance d’une de deux branches d’un arc pour que l’angle de départ de la flèche soit modifié, ce qui nécessite alors un changement du détalonnage
  • pour cette raison, il vous faudra probablement un détalonnage différent sur une même poignée d’arc si vous avez 2 paires de branches démontables (donc 2 cordes différentes : inutile d’utiliser la même corde pour les 2 paires de branches, il faut régler non seulement le détalonnage pour chaque paire, mais aussi le band…)
  • il suffit de changer de poignée d’arc pour que votre ligne d’épaules soit modifiée, ce qui changera l’angle de vos doigts sur la corde et donc la pression exercée sur la corde et l’encoche
  • pour cette raison, il vous faudra régler votre détalonnage de manière différente si vous changez d’arc
  • plusieurs autres raisons peuvent s’ajouter : en résumé, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il vous faudra régler votre détalonnage pour chaque arc, chaque corde, chaque paire de branche, et qu’il ne faut surtout pas vous dire « mon détalonnage est de X millimètres, c’est ce que je mets sur tous mes arcs », c’est malheureusement ce qu’on entend souvent, et c’est une énorme erreur (qui explique souvent par ailleurs les problèmes pour choisir un calibre de flèche et un spine cohérent, avec tous les problèmes de stabilité et de précision qui en découlent)

Régler son détalonnage :

Méthode des fûts nus :

  • je n’aime pas cette méthode : nous sommes tous capables d’acheter une raquette de tennis, mais il n’y a qu’une seule personne qui gagne le tournoi de Rolland-Garros chaque année… Autrement dit, nous avons un arc, mais nous ne sommes pas tous des champions olympiques de précision : malheureusement la méthode qui consiste à régler son arc en utilisant des fûts nus (non empennés) exige un tireur capable de groupements exceptionnels, avec une position techniquement irréprochable ; de plus, cette méthode exige une connaissance technique très poussée pour arriver aux bonnes conclusions, elle est souvent très mal interprétée et très mal utilisée (par exemple l’angle d’impact des flèches ne signifie absolument rien, il peut traduire 4 phénomènes différents et il est impossible de savoir lequel, sauf à tatonner et essayer de tas de combinaisons différentes, ça prend un temps fou et le résultat n’est jamais vraiment évident à trouver)
  • même pour les très très rares tireurs d’exception, la méthode des fûts nus conduit à choisir un détalonnage, un calibre de flèche et un poids de pointe qui donnent apparemment des bons résultats, mais qui s’avèrent en réalité extrêmement intolérants aux toutes petites variations techniques (position des pieds, gant humide ou doigts froids, tirs un peu décalés vers le haut ou le bas, orientation de l’empennage, etc.)
  • pour toutes ces raisons, je n’aime pas la méthode des fûts nus, surtout si vous tirez votre arc aux doigts (décoche manuelle) : les interférences peuvent être très nombreuses (même tout simplement le stress d’une compétition ou face au gibier), et dans ce cas une flèche réglée avec cette méthode donnera à coup-sûr des mauvais résultats

Méthode du talc simplifiée (Vincent Lalande) :

  • j’ai mis au point cette méthode dans les années 90, en partant du principe qu’il vaut mieux obtenir un réglage tolérant quand tout va mal, qui garantit d’obtenir toujours des résultats constants (et quand tout va bien… alors tout va encore mieux !)
  • cette méthode ne réclame pas d’être un bon tireur, elle permet de régler parfaitement un arc y compris pour un débutant ou un tireur plein de défauts (ça arrive, mais ça n’empêche pas de bien tirer, heureusement d’ailleurs !)
  • pour l’appliquer, pas besoin de matériel : il vous suffit d’avoir un repère d’encochage (nock-set), une pince à nock-set et du talc, rien de plus (même pas une équerre, ça ne sert à rien, au contraire même ça risque de vous influencer et de vous faire prendre des mauvaises décisions, il vaut donc mieux la laisser dans un tiroir très loin de vous… sauf pour vérifier votre band le cas échéant, bien-sûr)
  • avant de commencer l’application de cette méthode, il faut au préalable vous assurer que les réglages de base de votre arc sont bons : band réglé conformément aux préconisations du constructeur, flèche et pointe de flèches cohérents par rapport à votre allonge, la puissance et la latéralité de votre arc ; n’oubliez jamais que le moindre changement, même le plus simple, vous obligera à reprendre le réglage de votre détalonnage, qui est vraiment le réglage de base de tout votre matériel (il conditionne tout le reste)

Comment appliquer la méthode du talc simplifiée (Vincent Lalande) :

  • la méthode décrite ci-dessous s’applique aux arcs équipés d’un tapis d’arc ou d’un repose-flèche non mécaniques (les repose-flèche de type « à effacement » ou « contender » montés de plus en plus sur les arcs à mécanismes doivent être réglés avec une autre méthode)
  • saupoudrez avec du talc la fenêtre de votre arc à l’endroit où passent les plumes (sur le tapis mais aussi sur la partie de la poignée qui vous fait face) ; pour que le talc tienne bien, vous pouvez faire un peu de buée avec votre bouche sur le vernis (un peu comme pour faire de la buée sur des fenêtres ou nettoyer des lunettes)
  • si vous êtes un adepte des repères d’encochage en fil ligaturé, l’idéal est quand même d’utiliser un nock-set en laiton, que vous pourrez déplacer facilement au fur-et-à-mesure des tests (vous le remplacerez par votre fil habituel quand vous aurez défini avec précision votre détalonnage)
  • réglez votre repère d’encochage volontairement trop haut : si vous avez « oublié » de ranger votre équerre, vous pouvez mettre votre repère d’encochage à +2,5 centimètres par exemple, ça n’a rien d’excessif
  • encochez une flèche comme d’habitude sur votre corde, en plaçant volontairement la plume coq côté intérieur (contre la fenêtre d’arc) ; cette méthode consiste à utiliser la marque provoquée par le passage lors du tir de la plume coq de votre flèche sur le talc saupoudré sur l’arc, il est préférable de faire ces tests avec un empennage rectiligne / droit (un empennage hélicoïdal génère une marque plus large et peu précise, qui rend le réglage vraiment plus difficile)
  • vous tirez votre flèche comme vous le faites d’habitude, avec un maximum de défauts et sans tricher, pour que l’arc soit en configuration « pire des cas » ; comme ça, le jour où rien ne va, votre flèche volera droit quand même (elle ne touchera pas l’arc à la décoche malgré les défauts cumulés), tandis que le jour où vous serez en pleine forme, tout ira toujours très bien, la flèche volera tout aussi bien
  • après chaque tir, regardez à quel endroit la plume coq laisse un trace sur le talc : il faut tirer plusieurs fois la même flèche et baisser à chaque fois progressivement votre nock-set jusqu’à obtenir une marque sur le talc qui ait, à la fois une forme régulière et fine (environ 2 millimètres de hauteur), et qui soit au bon endroit pour vous donner la preuve que la flèche passe suffisamment loin de l’arc pour ne jamais le toucher (déviations du tir liées au choc contre la fenêtre d’arc), mais suffisamment près pour se redresser le plus vite possible après la décoche, et ainsi permettre la meilleure précision, la plus grande vitesse résiduelle, et la meilleure qualité de vol (sans oublier la pénétration pour les chasseurs, dont la flèche ne volera pas en crabe et bénéficiera ainsi d’une capacité de pénétration largement majorée)
  • comment repérer que votre plume coq passe enfin au bon endroit : encochez une flèche à angle droit sur la corde, sans vous soucier du repère d’encochage ; il faut que la marque de la plume coq sur le talc de la poignée soit à la hauteur du haut de votre tube de flèche
  • c’est à la fin de ces tirs successifs que le déplacement du nock-set devient très délicat : vous constaterez qu’il suffit de déplacer votre repère de seulement 1 demi-millimètre ou 1 tour de tranche-fil pour que la marque sur le talc bouge de 2 ou 3 millimètres (le déplacement sur la corde n’est absolument pas proportionnel au déplacement de la marque)
  • quand vous serez arrivé au bon réglage, l’arc ne fera plus aucun bruit (si la flèche est adaptée, ça s’est une autre histoire, malheureusement trop répandue), vous tirerez où vous voulez avec une aisance inédite, même si vous tirez comme un âne, y compris avec une lame
  • attention : il est fréquent de descendre trop vite le repère d’encochage et d’arriver ainsi à une position trop basse ; il est important de prendre votre temps et de descendre millimètre par millimètre, vous gagnerez finalement beaucoup de temps en voyant arriver progressivement la marque sur le talc au bon endroit, plutôt qu’en voulant aller trop vite et en dépassant le réglage idéal, qu’il devient compliqué de résoudre (il faut alors revenir à un réglage trop haut et tout reprendre, vous voyez qu’on ne gagne pas de temps en voulant aller trop vite…)
  • si votre repère d’encochage est réglé trop bas, il provoquera un départ de votre flèche avec l’encoche qui filera vers le bas ; évidemment, la flèche ne peut pas passer plus bas que le tapis d’arc ou le repose-flèche, donc la marque laissée par la plume coq sur le talc cessera de baisser ; en revanche cette marque changera de forme, elle deviendra moins nette, plus épaisse, ce qui vous prouvera que la flèche vient frapper de l’arrière votre tapis d’arc ou le repose-flèche,  et qu’elle passe alors la fenêtre d’arc avec l’encoche qui remonte violemment suite à ce contact (la flèche se déforme alors, le choc fait un bruit caractéristique, identique à celui entendu quand le spine n’est pas bon, elle se met à voler en crabe même si ça ne se voit pas forcément à l’œil nu, vos tirs deviennent moins précis, irréguliers, sensibles à vos petits défauts de tir, phénomène encore davantage amplifié si vous êtes chasseur et que vous tirez une lame)
  • cette méthode du talc permet de vérifier par la même occasion si le spine de votre flèche est correct : quand vous aurez terminé le réglage de votre détalonnage, vous pourrez de nouveau tirer avec vos plumes orientées normalement ; comme dans les tests que vous venez de faire, les autres plumes laisseront une marque sur le talc qui vous permettra de juger si la flèche passe à proximité de l’arc, sans jamais le toucher : tout comme dans les tirs précédents, le talc doit être à peine marqué, ce qui prouve que la flèche passe suffisamment loin de l’arc pour ne pas risquer un mauvais contact, préjudiciable au vol de la flèche, le talc doit également être marqué de manière assez nette, ce qui prouve que la flèche ne frappe pas l’arc et qu’elle n’est pas violemment poussée vers l’extérieur par ce choc (les tests permettant de vérifier l’adaptation de votre flèche à votre arc seront détaillés dans un autre sujet)

N’oubliez jamais qu’il vous faudra reprendre toute cette procédure dès le début si vous changez quoi que ce soit dans votre matériel : gant, pointe, flèche, progression ou changement de position, et même lunettes si vous en portez, le moindre changement peut nécessiter une modification du réglage du détalonnage, parfois d’un millimètre seulement.

Les conséquences du détalonnage sont tellement importantes que beaucoup d’archers qui sont confrontés à un problème de vol de flèche ou de régularité de leurs tirs devraient avant tout commencer par vérifier (ou re-vérifier) ce réglage, qui solutionne souvent en quelques instants bien des difficultés…

Vidéos d’illustration des différents étapes du réglage bientôt en ligne

Spine Calcoulator !

Pour commencer un enorme bravo pour ce formidable outil qui entre autre et à titre srtictement personnel me permet de recycler tous les tubes qui trainent à la maison !

Avec le PSA Black Widow et en rentrant la valeur 1/16 pour la fenetre ça fonctionne drolement bien !

Mr Letub merci !

bon

une ou deux questions encore (par email j’ai harcelé le pauvre Hector pas mal de fois dejà) , peut on rentrer des demi valeurs dans la case longueur de tube ? genre 29,5  » ou même 29,3 ?

Dans les données Arrow Data est ce que les GPI pour chacun de tubes pris en compte sont 100 % precis ?

je viens de passer une quasi soirée sur le net pour trouver les GPI de differents tubes et l’endroit le plus complet que j’avais trouvé etait un site de vente (tradtech) et puis je me rends compte ce matin que sous le spine calcoulator il y a un arrow data super complet qui reuni une mine d’infos au même endroit !!!

et enfin tant qu’on y est une question matos, « gold tip »

dans la version traditionnal on trouve deux versions plus ou moins chère , quelle est la difference ? et dans ces gold tip traditionnal puis je recycler mes insert laiton lourd 5/16 ?

voila, ciao, j’suis content d’avoir finalement retrouvé le mot de passe pour pouvoir communiquer ici, j’en profite pour feliciter Jean pour ses chevreuils !

Ciao

CK !

Tirer la même flèche sur des arcs différents. PART 2

Suite a mon petit essai d’hier, je me suis amusé à tenté de vouloir tirer la même flèche sur trois autre arcs.

Cette fois, il s’agit de trois récurves de puissance très proches :

  • Blacktail snakebit 64″, 57#@30″ corde dacron
  • Blacwidow PMA X 64″, 55#@30″ corde dynema 97
  • Schafer TD 64″, 57#@30″ corde fast flite

Portrait des bestioles :

La tache se présentait plutôt facile compte tenue du fait que le PMA et le Schafer utilisaient déjà la même flèche : une carbone express 250 de 31,5 pouces avec insert 50 grains et pointe 145, crest blanc, empennage 4″ parabolique d’un poids de 570 grains.

Il me restait juste a caler le blacktail.

Le fait est que le Blacktail avec sa corde en dynema 97 a un rendement  » supérieur » aux deux autres. Il est 10 FPS au dessus avec la même flèche, la carbone express sortait comme une saucisse volante!! De plus l’arc fait un bruit épouvantable, absolument inutilisable pour une action de chasse.

A ce niveau d’écart, la variation du tapis d’arc n’y change rien. La solution était de lui remettre sa corde dacron (qui était dessus depuis le jour de sont arrivé) afin de le « calmer un peu »!!

Dans cette configuration l’arc perd 8 FPS et est aussi silencieux qu’un Hill.

La flèche sort parfaitement avec une pointe 125 (à la place de 145 pour les deux autres).

Au final sur cette série d’arcs les trois fenêtres sont à – 1/8:

  • Sur le schafer j’ai rien touché.
  • Sur le BW, j’ai enlevé la petite cale derrière le tapis .
  • Sur le Blacktail j’ai changé le tapis pour un plus fin et surtout : un changement de corde.

Vitesses à mon chrono et à ma décoche (allonge 30″) :

  • Blacktail : 180 Fps pour 9,56 grains/livres, corde dacron.
  • Schafer : 180 Fps pour 10 grains/livres, corde fast flite
  • BW : 176 Fps pour 10,36 grains/livres, corde dynema 97

Dans cette configuration les trois arcs fonts un groupement de la taille d’un ballon de foot à 27 mètres.

Pour conclure :

Tirer la même flèche avec des arcs différents c’est tout a fais possible.

Tous les tirs ont été fait à une distance de 27 mètres, qui selon moi est la distance de réglage la plus facile. Elle correspond au point « 0″ de beaucoup d’arcs de ce type pour un poids de flèche de 9-10 grains/livres.

Pour les tirs plus proches c’est la vrai « pataugeade »: à 8 mètres je tire systématiquement 15 cm au dessus avec le Blacktail, 6-7cm au dessus avec le longbow monobloc schafer (de l’autre post), en dessous avec l’ACS……

Ce genre de set up est exactement le contraire de ce que je pratique d’habitude : chaque arc sa flèche, j’uniformise mes arcs en leur adaptant une flèche spécifique, que les tirs avec chaque arc soient identique (ou très, très proches) à 27, 18 et 8 mètres.(Ce qui me permet de passé d’un arc à l’autre sans grand changement).

Je pense que c’est une mauvaise idée que de vouloir adapter une flèche à plusieurs arcs : c’est la meilleure façon de ne plus savoir ou ont en est!!!!!!!

Le seul intérêt est de limiter çà :

Je vais tout remettre comme avant hier!!!!!!!!!!!!!

Petite astuce pour le calage ou décalage des fenêtres d’arcs. PART 1

Suite a mon échec cuisant concernant l’insertion d’images dans un autre sujet, je tente autrement:
Donc :
Vouloir joué sur le centrage de fenêtre de ses arcs afin tirer des flèches semblables : ca marche, mais effectivement ce n’est pas d’une évidence absolue.
Comme le dit Foudarme, il ne faut pas que les arcs aient un trop gros écart de rendement.
Pour le calage du tapis  d’arc, j’utilise du scotch double face en mousse (a peine 1 mm d’épais), il permet
d’y allé progressivement, de décoller et recoller le tapis plusieurs fois en y ajoutant une couche supplémentaire.
Ca marche vraiment bien.
La suite en images (si j’y arrive!! cette fois!!!)
Le but était de caler une flèche semblable sur mes longbows Schafer et un ACS.
Ce sont tous des arcs de 66″  et de puissances proche, de fenêtre d’arc différentes et surtout de rendements un poil différent.
  • Acs : 52#@30″ corde dynema 97
  • Schafer 3 pièces : 51#@30″ corde fast flight
  • Schafer monobloc : 55#30″ corde fast flight
La flèche commune est une carbon express 150, (diamètre 5/16) coupée a 31,5 pouces, avec insert aluminium et pointe 145 gr.
poids 505 grains.
La particularité du cas présent c’est que les arcs sortent exactement la même flèche, avec un groupement de la taille d’un ballon de foot a 27 mètres.
Vitesses des arcs avec cette flèche commune :
  • Schafer monobloc : centrage fenêtre : 0 : vitesse 181 Fps pour 9,18 gr/livres
  • Schafer 3 pièces : centrage fenêtre : 0 : vitesse 180 Fps pour 9,90 gr/livres
  • ACS : centrage fenêtre : + 1 mm : vitesse 185 Fps pour 9,71 gr/livres
Dans cette configuration de tapis, l’Acs se trouve amputé de quelques pieds seconde, la flèche vole très bien, mais il perd 4-5 Fps par rapport a sa flèche dédiée (qui est d’un spine et d’un poids supérieur avec une fenètre légèrement négative)
Le calage sur l’ACS :
Il aura fallu deux couches de double faces mousse pour permettre de tirer des flèches un peu plus « souples »
Le type de double faces, que l’on trouve dans tout les magasins de bricolage.
Voilà,
Trois arcs qui sortent la même chose!!!!  (bon pas tout a fais a la même vitesse!!)
Allez, j’ai deux jours de congés, il fait beau, je vais tenté de « standardiser » quelques autres arcs.
En même temps je me fais un peu la main sur le blog. (Je ne comprend pas tout!!)
Pascal
Répondre

tricher sur le centrage de la fenêtre

J’avais une petite question par rapport à la fenêtre d’arc: peut-on tricher en calant par exemple une allumette (ou autre cale) derrière le tapis d’arc ou bien est-ce une solution pourrie?
L’intérêt de cette solution pour moi est de tirer les mêmes fûts avec 3 arcs de puissances différentes, étant donné que la simple variation du poids de lame ne me permet pas de jouer suffisamment pour avoir une adéquation valable sur mes 3 arcs.

Qu’est-ce qui m’échappe ???

Je suis en train de faire mon set-up avec mon nouvel arc le Silver fox, en faisant un tour sur le tableau de calculateur de spine dynanique il me faudrait une pointe de 150gr, et en faisant le test de fûts nus pour que ça sorte bien jusqu’à 20m je dois monter 260gr. Il y a quelque chose qui m’échappe. Je suis droitier.
Mon arc fait 56# @ 30″ et j’allonge 30,5″ régulièrement avec mon peson ça me donne plus de 57#,exactement 57,7# sur le tableau de Letub. Fenêtre coupée past de 1/16 mais avec la cale sur la joue d’arc c’est center shot.
Mes flêches FMJ 340 coupées à 31,5″ insert alu.
J’ai tiré plusieurs heures avec cet arc depuis que je l’ai et jusqu’à 225gr j’avais un groupement régulier à 20m de 15cm à gauche avec des flêches montées, de 10m à 15m plein centre sur un cercle de 10cm de diamètre mais l’empennage au départ donne un coup sur la droite et la flêche arrive parfaitement droite en cible !!! D’après le tableau je pensais que mes flêches étaient beaucoup trop souple ce qui occasionne aussi quelques fois un latéral gauche. Je n’y comprends plus rien !!! :-) j’ai besoin d’un coup de main pour comprendre, ma sortie de flêche et le vol sont parfait avec ces 260gr, mais pourquoi tant d’écart entre les données du tableau et la réalité du terrain…
Merci.